En fin de contrat suite à une démission, un licenciement ou simplement un départ à la pension, vous vous demandez ce que vous allez pouvoir faire avec votre contrat d'assurance hospitalisation qui était très intéressant et confortable lorsque vous étiez encore en contrat avec votre employeur actuel. Nous allons présenter dans cet article les possibilités qui s'offrent à vous et les conséquences que cela peut avoir sur les primes à payer dans le futur pour conserver votre assurance hospitalisation.

Vous souhaitez reprendre l'assurance hospitalisation à votre nom. Est-ce possible ?

L'assurance hospitalisation que votre employeur vous accorde est généralement perdue si vous quittez votre emploi (démission, licenciement, pension). Vous devez agir rapidement afin de rester assuré. La loi Verwilghen permet le maintien de l'assurance hospitalisation après la cessation d'activité auprès de l'employeur. Il existe aussi des outils pour ne pas devoir supporter une hausse de prix importante dans ce cas. Nous parlerons de ce dernier point un peu plus loin dans cet article.

Que propose la loi Verwilghen pour la continuation à titre individuel ?

Il est peu probable que l'assurance hospitalisation liée au travail vous soit accordée si vous quittez votre emploi. La loi Verwilghen autorise la prolongation des contrats de travail sur une base individuelle afin de protéger les assurés. Dans certaines situations, ce maintien ne s'accompagne d'aucune formalité médicale ni d'exclusion des états de santé antérieurs. Cela implique que vous êtes assuré de manière continue pour le reste de votre vie. En outre, une compagnie d'assurance ne peut annuler ou modifier un contrat d'assurance hospitalisation de manière unilatérale.

Cette loi est donc très intéressante pour l'assuré quand on sait que souvent, les contrats d'hospitalisation proposés par les entreprises à leurs employés ne demandent pas de remplir un questionnaire médical à la souscription alors que c'est le cas si un assuré veut souscrire à titre personnel. Ainsi, vous avez l'opportunité de conserver un contrat sans exclusion(s) et sans questionnaire médical.

Devez-vous rester chez le même assureur que votre employeur ?

Il n'y a aucune obligation de souscrire à un contrat d'assurance hospitalisation auprès du même assureur que votre employeur. Par contre, si vous optez pour un assureur différent, vous devrez obligatoirement remplir un questionnaire médical auprès de cet assureur. Cela signifie que vous vous exposez à des exclusions en fonction de votre état de santé.

Ainsi, si vous avez déjà un certain âge et/ou si vous avez des incidents médicaux par le passé, il sera surement beaucoup plus intéressant de rester auprès du même assureur. C'est à estimer au cas par cas.

Votre nouvel employeur vous propose aussi une assurance hospitalisation ?

C'est la situation la plus simple évidemment mais cela ne règle pas vraiment le soucis du jour où vous quitterez ce nouvel employeur et que la question se posera à nouveau de savoir à quel prix vous pourrez vous assurer à la fin du contrat chez l'employeur en cause ?

Dans cette situation, il est logique de prévoir le jour où vous n'aurez plus droit à une assurance hospitalisation liée au travail (par exemple, lorsque vous prendrez votre retraite). Votre prime sera alors calculée en fonction de votre âge à ce moment-là, ce qui entraînera un coût beaucoup plus élevé. Toutefois, en souscrivant une police "d'attente", vous pouvez éviter ce problème de prix élevé. Cette assurance vous permet de conserver votre future prime à un niveau encore acceptable et de profiter d'une couverture d'assurance plus longue après la retraite.

C'est un avantage très intéressant que de pouvoir disposer d'une assurance hospitalisation auprès de son employeur. Cela peut représenter une économie intéressante. Néanmoins, il faut prévoir le moment où l'on ne disposera plus d'une telle assurance et il nous semble utile de pouvoir l'anticiper dès que possible à l'aide des contrats d'attente qui peuvent aider à conserver le tarif lié à l'âge de souscription d'un tel contrat.