Un employé qui dispose d'une assurance hospitalisation comme avantage extralégal a tout intérêt à vouloir la conserver à la fin de contrat lorsqu'il quitte l'entreprise peu importe le motif. C'est surtout très important lors du départ à la pension car l'assurance hospitalisation peut devenir très coûteuse et plus complexe à souscrire du fait de l'âge et des éventuelles exclusions liées à des facteurs médicaux. Dans ce contexte, il existe des contrats de continuité qui vise justement à s'assurer la possibilité de pouvoir poursuivre son contrat à un tarif avantageux et sans devoir remplir de questionnaire médical.

La loi Verwilghen donne déjà certaines garanties.

Vous pouvez, à titre individuel, prolonger l'assurance professionnelle d'hospitalisation moyennant une redevance. Dans les 30 jours suivant la perte de l'assurance au niveau de votre employeur, vous devez demander la continuité à titre individuel. Vous conservez le même niveau de couverture sans être soumis à un examen médical ou à un délai d'attente quelconque, mais votre prime risque d'augmenter sensiblement avec l'âge. C'est en effet la tarif lié à l'âge que vous avez au moment de la reprise du contrat à titre personnel qui sera pris en compte.

Ainsi, votre prime à titre personnel peut être beaucoup plus élevée que ce qu'elle était dans le contexte du contrat collectif de votre employeur. Pourquoi y a-t-il une telle variation ? Il y a un explication très simple à tout ceci. Avec l'assurance hospitalisation individuelle, l'assureur est tenu d'appliquer une prime de vieillissement alors que ce n'est pas le cas avec l'assurance collective. Il s'agit d'une distinction fondamentale. Les 5 dernières années de la vie sont les plus coûteuses en matière d'hospitalisation. La couverture d'un jeune de 25 ans dans le cadre d'une police collective ne coûte rien ou presque rien à l'assureur. En revanche, s'il souscrit une police individuelle qui promet une couverture jusqu'à son décès, le coût sera considérablement plus élevé puisque la compagnie d'assurance prend un risque beaucoup plus élevé de devoir intervenir pour une hospitalisation.

Commente obtenir la garantie à vie avec un tarif avantageux ?

Si vous attendez la dernière minute pour souscrire une assurance de continuité, vous risquez d'être confronté à une augmentation importante de votre prime. Pour éviter ce scénario coûteux, prenez des dispositions dès que possible. Souscrivez immédiatement une police d'assurance de réserve ou de "continuité" si vous êtes assuré dans une police de groupe et que vous voulez vous assurer que votre assurance restera abordable quel que soit votre état de santé plus tard. Cette police d'attente ou de continuité servira en fait à préfinancer votre contrat d'assurance hospitalisation à titre individuel lorsque viendra le moment de la résiliation de l'assurance hospitalisation de votre employeur.

Vous paierez une prime basée sur l'âge que vous aviez au moment de la souscription de la police d'attente le jour où vous souscrirez une assurance hospitalisation à titre individuel. Supposons que vous obteniez une police d'attente à l'âge de 30 ans et que vous preniez votre retraite à 67 ans. Vous aurez cotisé au régime pendant 37 ans, mais lorsque vous aurez 67 ans, votre prime d'assurance-hospitalisation sera estimée comme si vous aviez 30 ans ! C'est une différence importante. Étant donné cette "fixation" de l’âge, Plus tôt vous souscrivez une police d'attente, plus votre prime d'assurance hospitalisation individuelle sera avantageuse à l'avenir. En outre, en raison de vos antécédents médicaux ou de votre âge, l'assureur ne peut pas refuser de vous couvrir ou vous obliger à payer une prime très importante.

Quel assureur pour le contrat de continuité ?

Bien entendu, l'assureur de l'employeur proposera aux différentes assurés de souscrire à un contrat d'attente chez lui. C'est certainement le plus simple pour l'assuré surtout que certains employeurs vont même jusqu'à payer le prime de contrat d'attente pour que leur employé ne paie absolument rien dans le cadre des assurances hospitalisations.

Néanmoins, sachez que si vous trouvez que l'assureur de votre employeur ne répond pas vraiment à vos besoins, il est tout à fait possible de souscrire à un contrat de continuité auprès d'un autre assureur. Cela voudra dire que lorsque vous quitterez votre employeur, votre contrat d'hospitalisation sera souscrit auprès de l'assureur que vous avez choisi pour votre police d'attente.

Les enfants peuvent utiliser ce principe également ?

Tout à fait ! Dans la plupart des contrats de groupe, les enfant sont couverts au même titre que les parents. Dans ce cadre, nous conseillons d'ailleurs à demander à ce qu'ils figurent explicitement au contrat.

Généralement, la couverture pour les enfants prend fin à un âge défini dans les conditions générales ou si les enfants quittent le nid avant cet âge. Comme les parents, ils pourront continuer l'assurance hospitalisation à titre personnel auprès du même assureur sans questionnaire médical. Pour eux aussi, ce sera l'âge auquel il souscrire le contrat à titre individuel qui sera pris en compte pour le tarif appliqué.

Il est donc envisageable d'opter pour un contrat de continuité pour les mêmes raisons que celles évoquées pour ses parents. Néanmoins, la prime demandée à une personne de 25 ans étant peu élevée, l'intérêt financier est moins important. C'est un calcul à faire pour décider de manière rationnelle.

L'assurance de continuité dans le cadre de l'assurance hospitalisation est un outil qu'il faut envisager dès le début de son contrat groupe via son employeur. Le coût est relativement faible et peut vous faire économiser des dépenses importantes lorsque vous quitterez votre employeur.